© Guillaume Février CPIE Maison De La Nature | Karine Piquet

Guillaume Février

Ingénieur au service du charme de Belle-Île

Guillaume Février est Directeur du Centre Permanent d’Initiatives à l’Environnement (CPIE) / Maison de la Nature, depuis 2007. Ingénieur agronome de formation, il s’occupe de l’accompagnement de plusieurs projets environnementaux en lien avec la santé, et assure des formations.

Vie Insulaire à Belle-île en Mer, rencontre avec Guillaume Février Cpie Maison De La Nature
Guillaume Février

Venant du continent, il est arrivé sur l'île il y a 18 ans... Pour ne plus en repartir.

Il aime
  • Le vélo, pour l'écologie
  • Son territoire
  • Réduire ses déchets pour protéger Belle-Île

Peux-tu te présenter ?

Je suis né à Vannes en 1978 et j’ai grandi dans la campagne entre Vannes et Auray. Mon terrain de jeu était le Morbihan : Golfe, Atlantique et l’intérieur des terres. J’ai suivi un cursus en agronomie à l’Agrocampus de Rennes ; je suis donc à la base Ingénieur agronome spécialisé dans la préservation et l’aménagement des milieux naturels.

Après un stage à Bordeaux, j’ai rempli un 1er contrat à l’INRA en Ille et Vilaine autour des liens entre pratiques agricoles et biodiversité, puis je suis arrivé à Belle-Ile.

Comment es-tu devenu un habitant à part entière ?

Lors d’un voyage scolaire au lycée, au seconde, j’ai mis les pieds pour la première fois à Belle-Île. Elle m’a parue être un ailleurs bien différent du Morbihan continental que je connaissais bien, ce qui m’a séduit.

Ensuite, j’ai postulé à une offre, et j’ai été retenu à la Maison de la Nature. Au départ, je ne pensais pas y rester autant de temps… Et maintenant, ça fait 18 ans que j’y suis.

 

 

Qu’est-ce que tu préfères à Belle-Île ?

J’aime tout particulièrement entendre la corne du bateau entrant au port, à Palais. Et j’ai mon petit endroit secret : une crique, sur la commune de Sauzon, dont les initiales sont K.F… A vous de le découvrir !

Belle-Ile est un vrai cocon ! Sa nature, pleine, puissante et sauvegardée, en fait un joyau absolu. Loin d’une certaine forme de frénésie continentale ou urbaine, Belle-Ile apaise. Mais attention à ne pas y tourner en rond ! Pouvoir m’évader de temps à autre permet de mieux y revenir.

Quel est ton « éco-geste » quotidien pour préserver Belle-Île ?

Essayer encore et toujours de réduire au maximum les déchets que je produis. Il faut tous que nous soyons plus efficaces sur cet enjeu majeur.

Quelle astuce selon vous pour apprécier au mieux Belle-Ile ?

Utiliser le vélo! Il faut limiter au maximum les véhicules à moteur, sinon Belle-Ile perd de son charme… ce qui a déjà un peu commencé au cœur de l’été, je trouve…

Tes conseils, aux visiteurs d'un jour comme ceux d'une vie ?

Pour ceux d’un jour, je leur dirai : « Ne prenez que des photos, ne laissez que des empreintes !« . C’est un slogan que j’ai vu pour la première fois aux Etats-Unis, et qui s’applique bien ici. Si vous venez, parcourez ce caillou avec tout le respect qu’il mérite !

Pour ceux d’une vie, ce serait : Profitez des très nombreuses associations présentes sur l’île… Et n’hésitez pas à vous y investir !

Quel est ton mois préféré ?

Dur dur comme question… Je dirais janvier pour son silence et le spectacle à la côte…

Et juin pour les apéros à Donnant, évidemment !

L'avis de Guillaume

Aux insulaires, résidents secondaires ou visiteurs de passage, je n’ai qu’un seul conseil : franchissez les portes du CPIE/Maison de La Nature, ouvert à l’année. Vous découvrirez un tout autre visage de l’île, d’une richesse insoupçconnée ! Rencontres, balades, forums…L’association organise régulièrement des animations sur le thème de l’eau, des déchets ainsi que des sorties Nature. Bref, un acteur local incontournable pour nous sensibiliser à la beauté mais aussi à la fragilité de notre île.

Découvrez toutes les initiatives locales en matière de tourisme durable