Version imprimable

Current Size: 100%

Sur les traces de Claude Monet : la plage des Curés

La plage des curés : peindre le ressenti, un sacerdoce

 

Tableau Tempête ©Baptiste Guillaume

 

Peu importe la réalité, Claude Monet veut peindre le ressenti, c’est-à-dire « ce qu’il se passe entre le motif et son œil ». Il va mettre en pratique la juxtaposition des couleurs : il applique du vert et du rouge et l’œil fera le mélange du couleur pour y faire apparaitre du marron. Il utilise également le contraste pour illustrer la violence des tempêtes ou le pastel avec disparition du motif par temps calme. Quelle que soit sa technique, Claude Monet cherche à peindre l’instant, le temps qui surgit, l’éphémère. 

 

Or, le vent, la tempête « énerve » le peintre..et il y a de quoi !

 

Saisi par des moments de découragement, il détruit alors ses toiles. Heureusement, Claude Monet est entouré : dès la fin du mois de septembre il recrute Poly, alors jardinier de Russel, pour l’aider à porter chevalets et palettes sur les sentiers abrupts de la côte sauvage. Une vraie amitié va naître entre eux :  

« Mon brave Poly, qui me regarde peindre avec admiration, était désolée de me voir y retoucher, prétendant que ce serait un crime de retoucher à d’aussi bonnes choses, qu’il défiait n’importe qui qui d’en faire de pareilles et que c’était ce que j’avais fait de mieux ».

 

Un jour de trop mauvais temps il fait « une pochade assez ressemblante » de Poly qu’il gardera toute sa vie dans son atelier.

 

 

 

 

Les reproductions sont de Baptiste Guillaume, textes et références Hélène Castagnez pour l'Office de Tourisme de Belle-île

  • Français
  • English
  • Deutsch