Version imprimable

Current Size: 100%

Sur les traces de Claude Monet : Port-Coton

Sur les traces de Claude Monet : Port-Coton

 

Les Aiguilles de Port Coton ©Baptiste Guillaume

 

À l’auberge Marec on conseille à Monet de visiter le Grand Phare et la grotte de l’Étoile. Il y part à pied, seul. Il trouve à Port Coton un lieu intéressant à peindre, qui lui fait immédiatement penser aux estampes japonaises, très en vogue à l’époque (Van Gogh en était fou) et aux aiguilles d’Étretat dont il revient.

 

C’est un des rares endroits de l’île en surplomb de la mer offrant donc une large palette de reflets selon le temps (par beau temps, par temps gris, sous la tempête).

 

Il travaille sur le rocher et la mer avec très peu de ciel afin d’exprimer toute la force voire la sauvagerie des paysages. Il choisit différents cadrages, cherche à peindre la structure de la roche, comme une sculpture, ce qui est nouveau pour lui.

 

« Au matin, le temps était superbe, mais vers 9h, les nuages viennent, puis du vent et la terrible pluie ».

 

Il se voit donc « contraint » de travailler en séries, car le temps et la lumière changent très souvent. Belle-île lui impose cette nouvelle méthode qu’il adoptera par la suite pour ses autres sujets comme les cathédrales ou les meules de foin.

 

« Pour peindre vraiment la mer, il faut la voir tous les jours, à toute heure et au même endroit pour en connaître la vie à cet endroit-là ; aussi, je refais les mêmes motifs jusqu’à 4 et 6 fois même… »

 

Monet est véritablement « l’inventeur » du site touristique de Port Coton. À son arrivée, il n’y a ni route, ni Manoir, ni Goulphar, ni corne de brume, ni de haie…le paysage est plat et dégagé. Il n’y a que le Grand Phare et le Sémaphore du Talus, qu’il fait d’ailleurs disparaitre de ses toiles…

 

Sur les traces de Claude Monet..un certain Henri Matisse
Matisse a 25 ans quand il vient sur les traces de Claude Monet en 1895-1896-1897. Il est lui aussi accueilli par Peter Russel et peint Kervilahouen, Le Palais et Le Gros Rocher. Belle-île va constituer une grande étape dans sa recherche de la couleur, l'amenant doucement vers le fauvisme.

Les reproductions sont de Baptiste Guillaume, textes et références Hélène Castagnez pour l'Office de Tourisme de Belle-île

  • Français
  • English
  • Deutsch