Version imprimable

Current Size: 100%

Hiver

  • Carnet d'expérience en hiver - Le meilleur des blogs consacrés à Belle-île

Jours tranquilles à Belle-Ile en hiver 

Certains préfèrent la découvrir en hiver. Ils n’ont pas tort de désirer apprécier l’île sous son apparence vraie, dépouillée de tout artifice. C’est la meilleure saison pour partager la réalité de la vie insulaire avec sérénité, en prenant le temps.

 

L’activité conviviale se recentre dans les bourgs tandis que plages, côtes et sentiers presque désertés forment des paysages plus vastes et d’autant plus impressionnants que, certains jours, les tempêtes viennent les transformer en noir et blanc. Les vents et la mer semblent s’acharner à détruire Belle-Ile sous leurs assauts répétés, comme en témoignent les chutes de rochers et de portions de falaise constatées à chaque printemps. Parfois même, certains jours, l’arrêt des bateaux rend plus dense le sentiment de vivre sur une île.

Passée la rencontre de rares promeneurs, on peut croire posséder pour soi seul le coin sauvage choisi pour une balade. Au sud de l’île, sur les plus hautes falaises, vers le Pylor, l’austérité de la côte sauvage, teintée ici et là par la rousseur des fougères, est accentuée tout à coup par la puissance de chaos rocheux battus par la mer, l’or des lichens éclairant leurs arêtes et leurs parois. Leur couleur rappelle celle des Ajoncs d’Europe fleuris au bord des chemins.

 

Ciel d'hiver et lande roussie ©Jean-Paul Sauvaget

Ciel d'hiver et lande roussie ©Jean-Paul Sauvaget

Le ciel changeant met en valeur les pointes, comme celle du Skeul, sculptée par l’érosion, ressemblant à un animal monstrueux posé sur la mer qui gronde.

Le long de la route centrale, les blés et les maïs récoltés dégagent à perte de vue le plateau verdoyant où paissent paisiblement des troupeaux. Des parcelles délaissées alternent avec leurs herbes blanchies, résignées à la résurgence des Ajoncs.

A Donnant, sur les dunes, les parfums demeurent présents : air iodé et odeur épicée des Immortelles. Fanées, elles laissent la vedette aux mousses dont la brillance bronze doré est accentuée par le soleil rasant. Elles sont parsemées des coquilles blanchies des petits gastéropodes juchés, l’été, sur les Oyats. En bas, quelques téméraires surfeurs jouent dans les vagues.

Ou, itinérant de l’Apothicairerie à Ster Vraz, on oubliera la sévérité des falaises devant le faste de l’or en fusion d’un soleil couchant et ses nuages oranges sur un ciel devenant mauve : spectacle admirable qui oblige à s’arrêter pour s’en imprégner jusqu’à la dernière lueur.

 

Spectacle admirable au couchant aux Aiguilles de Port Coton ©Jean-Paul Sauvaget

Spectacle admirable au couchant aux Aiguilles de Port Coton ©Jean-Paul Sauvaget

 

Revenant sur Le Palais, le contraste sera saisissant. Dès la fin décembre, débordant de nombreux jardins, les Mimosas sollicitent le regard et l’odorat et font oublier l’hiver.

 

Un grand merci à Evelyne Claudel, Vice-Présidente du CPIE-Maison de la Nature de Belle-île pour la rédaction des textes et le choix des photos. 

 

Que faire, que voir en hiver : le meilleur des blogs voyage consacrés à Belle-île-en-Mer au fil des 4 saisons ! 


Un week-end à la découverte de Belle-île en hiver avec Valentin de Courir le Monde 

 

Article "Un week-end à la découverte de Belle-île en hiver"

avec Valentin de Courir le Monde

© Bellimages - Fabien Giordano

 

 

 

 

 

  • Français
  • English
  • Deutsch